Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n’est pas une semaine sans qu’une catastrophe de santé publique ne soit annoncée, viande de cheval dans les lasagnes, gaz toxique dans les conteneurs, prothèses mammaires PIP etc.

Il n’y a aucune fatalité à la multiplication de ces scandales sanitaires. Il y a deux dénominateurs communs à tous ces dossiers :
- la recherche effrénée de rentabilité financière à tout prix.
- la non écoute des salariés, des cadres de proximité dans leur volonté de débattre entre eux de la qualité, du sens et du contenu de leur travail.

Les dégâts environnementaux, comme de santé au travail (risques psychosociaux, suicides) sont là, il y a urgence à s’engager sur une autre voie. C’est le sens de notre intervention dans la négociation sur la qualité de vie au travail.

L’accord national interprofessionnel sur l’emploi du 11 janvier à contrario va aggraver la situation. En effet il diminue la place de l’expertise et le rôle des CHS-CT et il réduit considérablement le rôle de la justice vis à vis des pratiques des entreprises. Ainsi la réparation pour des faits remontant à plus de 3 ans ne sera plus possible.

Les salariés victimes de l’amiante peuvent très légitimement s’en inquiéter à l’avenir. Mais pour l’heure la volonté de retirer le dossier "amiante" à la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy alors qu’il ne reste plus qu’un an d’instruction, le manque de moyens évident qu’elle a sur ce dossier en comparaison avec l’Italie où le procès en appel d’Eternit a lieu actuellement, le non-lieu prononcé dans l’affaire Amisol, l’attitude du parquet de Paris dans ces affaires, tout ceci concourt à nous interroger très fortement, et avec d’autres, sur l’indépendance de la justice.

La transformation du travail pour un développement humain durable est au cœur de nos axes revendicatifs. La CGT n’entend pas laisser faire. Elle agira avec les salariés, les victimes pour que les drames de santé publique d’hier soient reconnus et ne s’amplifient pas aujourd’hui et demain.
Une raison de plus, s’il en fallait une, pour se mobiliser et participer le plus nombreux possible aux manifestations et rassemblements organisés le 5 mars 2013.

Montreuil, le 18 février 2013

Pour signer en ligne la pétition du Comité de soutien "Santé publique, instruction en danger"

Tag(s) : #Interpro
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :