Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le projet de loi portant réforme du système ferroviaire, présenté au Conseil des Ministres du 16 octobre, s’inscrit dans les cadres idéologiques d’une libéralisation du rail qui ont déjà fait la preuve de leur nocivité, de leur inefficacité.

Marqué du sceau de l’austérité, il ne permet pas les investissements nécessaires pour assurer l’égalité de traitement, la qualité de service, mettre fin aux dysfonctionnements actuels. Il ne permet pas davantage de rénover et développer un réseau qui souffre sur de trop nombreuses lignes et dans de trop nombreux territoires de vétusté et d’insuffisances à cause du sous-investissement.

Ce projet de loi répond et devance les injonctions de Bruxelles visant l’éclatement du système ferroviaire et la généralisation de l’ouverture à la concurrence. C’est pourtant cette même politique qui a déjà conduit en Europe à l’abandon de nombreuses liaisons, au déclin du fret ferroviaire et au total à un service plus coûteux eu égard aux résultats.

Une toute autre réforme est nécessaire. Elle est indispensable pour précisément corriger les erreurs du passé et pour emprunter une voie opposée à celle qui est suivie actuellement.

Le système ferroviaire doit être construit au service de l’intérêt général et répondre aux besoins de la nation, des territoires et des populations.

La CGT affirme à nouveau son attachement indéfectible à l’unicité d’une entreprise ferroviaire de service public intégrée.

Le maillage territorial doit assurer l’égalité territoriale aux niveaux national, régional et local.

La reconquête du fret ferroviaire marchandises est un impératif économique, social et environnemental. Elle doit donc être un objectif du projet de loi au même titre que le développement du trafic voyageurs. Les deux types de trafic sont intimement liés.

Le système ferroviaire, les obligations de service public, l’impératif absolu de sécurité induisent des obligations spécifiques pour les cheminots. Seul un statut social de haut niveau peut permettre de répondre à ces contraintes et d’assurer la sécurité. C’est donc l’inverse du dumping social provoqué par l’ouverture à la concurrence que permet le projet.

L’aménagement du territoire, la cohésion sociale, le développement économique, le financement des politiques publiques sont, pour la CGT, les raisons d’être du Service Public … à commencer par le service public ferroviaire !

La question de la réforme ferroviaire concerne donc l’ensemble des salariés et plus généralement les populations, les équilibres territoriaux. Les enjeux économiques, sociaux et environnementaux sont considérables.

La CGT, forte de ses propositions, agira donc pour défendre l’intérêt général à partir des besoins des salariés, des populations et des territoires.

Montreuil, le 18 octobre 2013

 

PDF - 77.6 ko
Texte en pdf
Tag(s) : #Interpro

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :