Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mercredi 29 mai 2013 , par Frédéric Dayan


Les 5 militants CGT de Roanne n’en ont pas fini avec les persécutions anti-syndicales. Injustement condamnés, ils viennent de refuser de se soumettre au prélèvement de leur ADN ce qui leur vaut maintenant d’être convoqué en justice le 5 novembre.


La police est allée les cueillir "à l’heure du laitier" le 23 mai pour les contraindre à se soumettre à un prélèvement ADN suite à leur condamnation avec dispense de peine pour avoir écrit un slogan sur un mur lors du conflit des retraites en 2010.

Deux d’entre eux ont été arrêtés ce 23 mai. Conduits au commissariat et placés en garde à vue, ils ont refusé de se soumettre à tout prélèvement et doivent leur libération en fin de matinée à la mobilisation de leurs soutiens. Un rassemblement d’une centaine de personnes, dont la maire PS de la ville et la sénatrice communiste de la Loire devant le commissariat de Roanne avait dénoncé la criminalisation de l’action syndicale.
Les trois autres militants se sont présentés lundi 27 mai en fin d’après-midi à la brigade de gendarmerie de Villerest (Loire) où ils étaient convoqués pour être inscrits au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). Il ont également refusé de se prêter à ce prélèvement qui les assimile à des criminels. Le fait de refuser un prélèvement de matériel biologique constitue un délit puni d’une peine maximale d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende

Les cinq militants CGT se sont vu remettre une convocation devant le tribunal de Roanne pour une audience le 5 novembre. La CGT appelle à une journée nationale d’action pour les libertés syndicales ce jour-là.

Lire le communiqué de la CGT du 23 mai 2013.

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :