Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mardi 5 novembre 2013 , par Frédéric Dayan


Tandis que les médias n’avaient d’yeux que pour les bonnets rouges rassemblés à Quimper samedi dernier, les organisations syndicales bretonnes de la CGT, FSU, Solidaires réussissaient à rassembler 3000 salariés à Carhaix pour contribuer à faire un choc de clarification face aux manipulations opérées par le patronat, ainsi que par des forces politiques.

Voir en ligne : Les interventions des syndicats à la manifestation de Carhaix

La Cgt Bretagne qui s’en est réjouie dans un communiqué "réaffirme que les choix à faire pour sortir la Bretagne de cette situation de crise passent par une autre réponse aux attentes sociales, de la part du patronat, comme des pouvoirs publics." Elle réaffirme que la construction du pacte d’avenir pour la Bretagne "doit commencer par l’arrêt immédiat des licenciements pour permettre un dialogue constructif pour l’ensemble des salariés de la région.
Il ne peut y avoir de front commun entre les licenciés et les licencieurs." La Cgt Bretagne "regrette les débordements et la violence lors de la manifestation Quimpéroise, qui était malheureusement prévisible, et pour certains prémédités. (...)
La Cgt va poursuivre la mobilisation, dans l’unité syndicale la plus large, pour rassembler les salariés autour de leurs intérêts pour changer de cap, et s’engager vers le progrès social."
Elle demande aux médias d’organiser un débat contradictoire avec les acteurs économiques et sociaux de la région dans le cadre des discussions sur le pacte d’avenir en Bretagne.

Enfin avec d’autres organisations syndicales, la CGT appelle "les salariés à poursuivre la mobilisation interprofessionnelle en manifestant le 23 novembre à Rennes pour le maintien et le développement de l’emploi et le maintien des sites de production."

Voir les articles de la presse régionale publiés sur le site de la CGT Bretagne

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :